Accueil » News » 12ème Congrès RIODD les 19 au 20 octobre 2017 « Quelles responsabilités pour les organisations ? » ___________________________________________ APPEL À COMMUNICATIONS POUR LA SESSION SPÉCIALE : « Quelle(s) responsabilité(s) pour les établissements et les enseignants-chercheurs ? »

 

12ème Congrès RIODD les 19 au 20 octobre 2017 « Quelles responsabilités pour les organisations ? » ___________________________________________ APPEL À COMMUNICATIONS POUR LA SESSION SPÉCIALE : « Quelle(s) responsabilité(s) pour les établissements et les enseignants-chercheurs ? »

 

La session spéciale « Quelle(s) responsabilité(s) pour les établissements et les enseignants-chercheurs ? », organisée dans le cadre du XIIe congrès du RIODD (2017), fait suite aux deux précédentes sur la « responsabilité sociale des universités » (RSU), organisées dans le cadre respectif des congrès de Montréal (2015) et de Saint-Etienne (2016). Cette année,  la session spéciale vise à favoriser les réflexions et les travaux qui traitent des approches émergentes (par exemple, approches autochtone, francophone, post-coloniale, critique) et d’expériences  jusque-là tues ou peu documentées (frugale, co-construction, services aux collectivités, recherche-intervention, etc.) en éducation à la responsabilité sociale et au développement durable (RS-DD). Les acteurs de l’éducation dans différents contextes ont  été rarement interrogés sur leurs représentations même de la RSU, alors qu’ils subissent des pressions pour adopter des outils, des approches et des référentiels internationaux portés par les organisations internationales, les organismes d’accréditation et les systèmes de classement des universités pour démontrer leur responsabilité, leur durabilité et leurs contributions au DD. Souvent, une seule vision de la RSU et d’éducation à la RS-DD domine, celle inspirée du contexte anglo-saxon. Pendant ce temps, plusieurs réalités et préoccupations dans les autres contextes passent dans l’angle mort de ce modèle dominant (par exemple, la pauvreté, les inégalités sociales, l’exclusion socio-économique, le secteur informel, l’entrepreneuriat solidaire, les rapports différents à l’environnement, etc.). Les innovations (et leurs acteurs, structures, processus, etc.) dans d’autres contextes sont mal connues, même si des chercheurs ont l’intuition que les éducateurs dans différents autres pays et contextes culturels se sont appropriés du principe de la RSU et celui de l’éducation à la RS-DD depuis longtemps, sans même les nommer explicitement. Il est temps de discuter des approches alternatives et de leurs contextes.

Au terme de cette session, notre but ultime est de repérer les innovations, identifier les conditions habilitantes mais aussi les verrous ainsi que les sens que les parties prenantes à la RSU dans différents contextes donnent à une responsabilité plurielle des établissements et des enseignants-chercheurs. A l’instar des sessions tenues à Montréal et Saint-Etienne, bien que celle de cette année accepte les propositions qui traitent de la question de la RSU en général, elle sera davantage orientée vers les interrogations spécifiques en cohérence avec le thème spécifique de cette année.

La place des approches et des expériences émergentes sera abordée sur deux fronts :

  • D’une part, la session encouragera les communications examinant les activités d’enseignement et de recherche se nourrissant de ces approches et expériences. Les questions possibles à traiter seront notamment :
    1. Quelles sont les contributions et les limites du modèle dominant d’enseignement de la RS-DD issu du contexte anglo-saxon?
    2. Comment se diffusent (se sont diffusées) les approches pédagogiques dominantes d’enseignement de la RS-DD? Et comment elles se sont confrontées aux approches émergentes (francophone, autochtone, etc.) ?
    3. Comment les recherches et les enseignements dans le champ de la RS-DD dans différents contextes se comparent entre eux ?
    4. Quelles sont les innovations en enseignement et en recherche dans le champ de la RS-DD développées dans des contextes autres que celui anglo-saxon?

  • D’autre part, la session sera aussi une occasion de discuter des modes de gouvernance des établissements, ainsi que de la manière dont ces derniers organisent leurs activités et encouragent ou bloquent le développement des approches et expériences émergentes d’éducation à la RSE et au DD. Les contributions attendues visent principalement à aborder entre autres questions :
    1. Quelle gouvernance pour les établissements du 21e siècle et quelles implications pour les activités d’enseignement et de recherche et pour les enseignants-chercheurs dans le champ de la RS-DD?
    2. Cohabitation ou hybridation ? Comment envisager la coexistence des approches dominantes et émergentes d’éducation à la RS et au DD?
    3. Que veut dire la RSU dans différents contextes (géographique, culturel, linguistique, historique)?
    4. Que veut dire l’éducation à la RS-DD dans différents contextes (géographique, culturel, linguistique, historique)?
    5. Les responsabilités des établissements et des enseignants-chercheurs varient-elles selon le contexte? Existe-t-il un mimétisme ? Comment les modèles locaux résistent à celui dominant au niveau international ?
    6. Quelles innovations portent les visions alternatives d’éducation à la RS-DD issues de contextes autres que celui anglo-saxon ?
    7. Quels facteurs techniques, technnologiques organisationnels et institutionnels motivent ou bloquent la diffusion de modèles alternatifs pouvant former un contrepoids à la vision dominante d’éducation à la RS-DD ?

 

 

 

 

 

Calendrier :

Les propositions de communication, d’une longueur de 1000 mots maximum (références comprises), sont attendues pour le 10 juillet 2017 aux adresses suivantes: ramboarisata.lovasoa@uqam.ca et ramonjyd@esc-larochelle.fr
Chaque proposition devra préciser la question de recherche, la démarche (méthodologie) et les contributions des propositions avancées (dans le cas d’un texte théorique ou conceptuel) ou des résultats de l’étude (dans le cas d’un travail empirique) à la problématique générale de la session.

Les auteurs seront informés des résultats de l’évaluation de leurs propositions au plus tard le 31 juillet 2017.

Le texte définitif de chaque communication acceptée (5000 à 8000 mots) devra être soumise au plus tard le 15 septembre 2017.

La session spéciale se tiendra lors du congrès du RIODD à l’Université Paris-Dauphine les 19 et 20 octobre 2017.

 

Responsables de la session

Postel, Nicolas

Université Lille 1

nicolas.postel@univ-lille1.fr

Quairel-Lanoizelée, Françoise

Université Paris-Dauphine

francoise.quairel@dauphine.fr

Ramboarisata, Lovasoa

École des sciences de la gestion, UQAM

ramboarisata.lovasoa@uqam.ca

Ramonjy, Dimbi

Groupe Sup de Co La Rochelle

ramonjyd@esc-larochelle.fr

Vallaeys, François

Universidad del Pacífico, Lima, Pérou

f.vallaeys@up.edu.pe

 

Aucun commentaire

Soyez le premier à donner votre avis.

Poster un Commentaire